RSS

Blog

Bamboolik, la fabrication des couches est un projet social

Bamboolik, la fabrication des couches est un projet social        Vacances ou pas, Petit Fantôme reste passionné par les couches. C’est pourquoi, en juillet, nous avons quitté notre petite maison de vacances près de Prague pour nous rendre dans une autre grande ville de République tchèque, Brno. Anavy et Bamboolik y ont des ateliers qui fabriquent une partie importante de notre gamme de produits.

Après nous avoir fait visité leur bureau et présenté leurs nouveaux motifs imprimés, la propriétaire Zuzana Hlouskova et la responsable des exportations Michaela Kunkova nous ont emmenés dans un atelier un peu particulier. Bamboolik ne possède (encore) aucun atelier, mais travaille avec des ateliers protégés. « Lorsque j’étudiais à l’université, je suis entrée en contact avec l’organisation sociale Prah », raconte Zuzana. « Et j’ai immédiatement su que je collaborerais avec eux si je devais un jour démarrer une entreprise. » Zuzana a étudié les mathématiques. Elle a eu l’idée de fabriquer des couches alors qu’elle utilisait des couches lavables pour son fils aîné. Elle s’est alors fait la réflexion « je pourrais moi aussi en fabriquer, et sans doute en mieux. » Elle s’est donc rendue chez un expert en textile qui l’a aidée à concrétiser ses idées.

Les couches de Bamboolik sont fabriquées à différents endroits : au sein de trois ateliers protégés et – en périodes de pointe – dans deux entreprises commerciales. L’établissement de Prah que nous avons visité offre à des personnes présentant un handicap, tant physique que mental, l’opportunité de se réintégrer dans la société via le travail. Certaines d’entre elles séjournent dans l’institution et bénéficient aussi de l’accompagnement de Prah en dehors des heures de travail. 

« La décision de faire fabriquer nos produits dans un atelier protégé n’a pas été la plus facile », réalise Zuzana. « Il n’est en effet pas toujours simple d’apprendre à des gens atteints d’un handicap mental à fabriquer de nouveaux produits. Il s’agit d’un investissement sociétal de notre part. Nous croyons fortement à l’entrepreneuriat durable. »

Bamboolik met en œuvre des principes éthiques à plusieurs niveaux. Lors de notre visite guidée, nous avons aussi constaté avec satisfaction qu’une pièce ne contenait que des cartons usagés.            « Nous expédions la marchandise de préférence dans des boites déjà utilisées », explique Michaela Kunkova. « Nous allons le plus loin possible dans le recyclage. » Tous ceux qui ont déjà commandé des articles chez Petit Fantôme savent comment nous fonctionnons : nous réutilisons également des boites pour la livraison. » Comme Bamboolik, nous sommes conscients chez Petit Fantôme que notre planète n’est pas un produit jetable. Nos principes correspondent parfaitement à ceux de Bamboolik.

Anavy, le fabricant de couches tchèque aux solides principes éthiques

Anavy, le fabricant de couches tchèque aux solides principes éthiquesMême pendant les vacances d’été, Petit Fantôme reste passionné par les couches. Nous avons profité de notre voyage en République tchèque pour rendre visite à nos deux fournisseurs tchèques, Anavy et Bamboolik. Ils sont tous les deux établis dans la ville de Brno, à deux bonnes heures de route de la capitale Prague. Nous partageons volontiers avec vous ce que nous y avons appris.

Anavy, connue pour ses couches en bambou et ses culottes de protection en laine aux jolis imprimés, possède deux petites unités de production dans les environs de Brno. Nous avons visité un atelier installé, avec une certaine logique, dans une ancienne usine de textile. « Avant la deuxième guerre mondiale, cet endroit abritait une entreprise de textile prospère », explique Ivana Filipovičová, fondatrice et propriétaire d’Anavy. En lisant son prénom à l’envers, on comprend immédiatement d’où vient le nom de la marque. « L’entreprise qui se trouvait ici appartenait à une famille juive qui l’a perdue sous l’occupation allemande. » Aujourd’hui, plusieurs petites entreprises sont actives dans ce complexe.

Dans ses deux ateliers, Ivana emploie une douzaine de personnes, qui confectionnent des couches et des culottes de protection ainsi que des serviettes hygiéniques et des protège-slips. Lorsque nous avons visité Brno, nous avons pu voir avec une certaine envie des rayons entiers remplis de couches Anavy. Tout comme de nombreux fabricants de couches, Anavy a été quelque peu surprise ces derniers mois par la popularité croissante de la couche lavable, avec tous les problèmes de fabrication qui en découlent. Petit détail très plaisant : sur une des étagères, nous avons pu voir l’inscription ‘Elisabeth’. « Regardez, c’est nos couches », s’est exclamée notre fille Renée. Pas de doute, la relève est assurée chez Petit Fantôme …  

De bonnes conditions de travail, des prix corrects et une fabrication locale. Voilà les trois mots clés chez Anavy. Ivana Filipovičová est consciente que les couches fabriquées en Europe coûtent plus cher que les couches chinoises, mais c’est notamment dû au fait qu’elle veut en premier lieu acheter ses matières premières en République tchèque, en deuxième lieu en Europe et en dernier ressort seulement en dehors de l’Europe. Le coton par exemple n’est produit nulle part en République tchèque. Les matières premières achetées sont toujours contrôlées dans un labo avec lequel Anavy travaille en partenariat, afin d’avoir la garantie que toutes les normes (par ex. Oeko-Tex) sont respectées. Pour Ivana, il est également essentiel que les sous-traitants travaillent dans le respect de l’environnement (par ex. traitement des eaux usées, contrôle de la pollution atmosphérique, …) et que leurs travailleurs soient traités correctement (bons salaires, respect des règles en matière de congé de maternité, …).

Chez Petit Fantôme, nous ne pouvons que nous réjouir qu’Anavy accorde une telle importance à toute une série de principes. Puisque les couches lavables sont un produit écologique, il est de notre devoir de respecter également les normes écologiques et éthiques au niveau de leur fabrication. Petit Fantôme a aussi des principes, que nous essayons d’appliquer de façon cohérente. Cela implique entre autres de ne travailler qu’avec des fournisseurs qui accordent une grande importance à l’éthique. Suite aux nombreux contacts téléphoniques avec Ivana, nous étions déjà convaincus d’avoir fait le bon choix, mais après l’avoir rencontrée dans son atelier, nous en sommes plus sûrs que jamais : nous comptons encore travailler longtemps avec elle.

Etes-vous satisfait de votre crèche ?

Etes-vous satisfait de votre crèche ?Ces derniers temps, nous recevons de plus en plus souvent des plaintes sur des crèches qui refusent d’utiliser des couches lavables. Cela réduit le libre choix des parents. Chez Petit Fantôme, nous pensons dès lors qu’il est grand temps de demander l’avis des jeunes parents sur l’accueil en crèche. C’est pourquoi nous vous proposons de participer à notre grande enquête sur les crèches.

Une crèche qui change de propriétaire, ou une structure d’accueil qui s’affilie à un service national, est souvent une raison suffisante pour changer la politique en matière de couches lavables. Parfois, de fausses raisons sont inventées. A cause du manque de places dans les structures d’accueil des enfants, les parents sont souvent mis devant le fait accompli.

Il y a deux ans, une précédente enquête menée par notre pendant flamand Klein Spook avait révélé que quatre parents sur dix changeraient de crèche si les couches lavables étaient refusées. Une majorité ne franchirait pas le pas. C’est pourquoi, dans notre nouvelle enquête, nous sondons votre opinion sur les crèches, non seulement au niveau de l’utilisation de couches lavables, mais aussi la communication, leur façon de gérer l’apprentissage de la propreté, votre satisfaction par rapport à la crèche en général, etc.

Nous publierons prochainement les résultats de notre enquête sur notre blog. Mais nous voulons également préparer un communiqué de presse sur la base de vos réponses afin de rouvrir le débat sur les couches lavables au sein des crèches.  Qui sait, nous pourrons peut-être faire changer d’avis les crèches réticentes. Nous aimerions dès lors que vous participiez à notre grande enquête sur les crèches. Répondre à toutes les questions ne vous prendra que 6 minutes environ.

Photowww.nimsa.be

Mettez les couches lavables à l’agenda politique

Mettez les couches lavables à l’agenda politique Votre commune n’accorde pas encore de subventions pour les couches lavables ? Dans ce cas, mettez ce point à l’agenda politique. Pour vous y aider, Petit Fantôme a préparé une lettre type et un document d’information.

Maintenant que les élections de conseils communaux en Belgique sont terminées et que de nouvelles administrations ont été installées partout, il est grand temps d’encourager nos bourgmestres et échevins à accorder de l’importance à l’écologie, par exemple en octroyant des subventions aux parents qui contribuent à diminuer la montagne de déchets en utilisant des couches lavables. De cette manière, les administrations communales peuvent démontrer au citoyen qu’elles se sentent concernées par les questions environnementales.

Les couches lavables ne sont pas seulement plus économiques pour les parents, elles le sont aussi pour la commune. Cette dernière doit en effet débourser quelque 200 euros pour le traitement d’une tonne de déchets résiduels. Etant donné que les couches réutilisables permettent d’économiser une tonne de déchets, la commune y trouve donc elle aussi son avantage. Un avantage financier qu’elle peut utiliser pour encourager la réutilisation. Cette subvention peut aider à convaincre les parents qui hésitent en raison de l’investissement de départ lié aux couches lavables.

C’est pourquoi Petit Fantôme organise une action de revendication par courrier. Nous avons rédigé une lettre type et un document d’information que vous pouvez envoyer à votre bourgmestre ou échevin de l’environnement. Faites-leur comprendre qu’ils doivent subventionner les couches lavables : d’une part la commune y trouve un avantage financier, et d’autre part l’administration peut ainsi prouver qu’elle se préoccupe de l’environnement.

Vous pouvez également utiliser cette lettre si votre commune accordait jusqu’à présent des subventions, car la nouvelle administration doit à nouveau approuver ce type de subventions à chaque législature. Faites donc en sorte que le point reste bien à l’ordre du jour.

Lors de la précédente action, notre pendant néerlandophone Klein Spook a obtenu de bons résultats dans toute une série de communes flamandes. Quoi qu’il en soit, ne manquez pas de nous tenir au courant de vos actions et des conséquences.

Vous pouvez demander à obtenir la lettre type et le document d’information en envoyant un e-mail à info@petitfantome.be

Deux nouvelles conseillères pour Petit Fantôme

L’équipe de Petit Fantôme s’agrandit. Notre conseillère Marine de Basse Normandie a été rejointe par une conseillère de la région de Namur (Belgique) et une conseillère de la région de Provence Alpes Côte d'Azur (PACA).

Ludivine Wislez (Namur) et Aurore Chbouba (PACA) se chargeront toutes les deux d’informer les jeunes parents sur les différentes possibilités de couches lavables, les aideront à composer leur ensemble de couches et accessoires et leur donneront des conseils sur l’utilisation des couches.

Ludivine combine son travail pour Petit Fantôme avec des conseils et des ateliers en matière de massage périnatal, massage bébé, portage physiologique, réflexologie plantaire. Ludivine est également spécialisée dans l’hygiène naturelle infantile. Elle développe toutes ces activités sous le nom de Voyage en mère.

De son côté, Aurore propose des ateliers sur les couches lavables en collaboration avec des hôpitaux dans sa région. Elle mettra un place très prochainement un service de location (avec l'entretien en option) afin que les parents puissent tester les différents modèles avant de choisir le modèle qui leur convient le mieux . 

Vous souhaitez obtenir plus d’informations sur les couches lavables et vous habitez dans la région d’Aurore et de Ludivine ? Dans ce cas, n’hésitez pas à les contacter à l’adresse voyageenmere@petitfantome.be ou aurorechbouba@petitfantome.fr.

Notre programme à Valériane

Petit Fantôme est particulièrement fier de pouvoir participer pour la deuxième année consécutive au salon bio Valériane (Namur Expo, 30 août, 1&2 septembre), qui est tout de même la référence au niveau des salons consacrés aux produits écologiques et biologiques.

L’admission en tant qu’exposant au salon Valériane n’est pas si facile. Vous devez vraiment prouver que les produits que vous présentez sont durables, écologiques et biologiques. C’est pourquoi nous avons déployé tant d’efforts pour rassembler des certificats auprès de nos fournisseurs, comme vous avez pu le lire dans un blog précédent.

Pourquoi sommes-nous présents à ce salon ? Premièrement, pour faire connaissance avec le marché wallon. Petit Fantôme est le pendant francophone de Klein Spook et nous voulons profiter du salon Valériane pour entrer encore plus en contact avec le marché francophone, qui possède une autre dynamique que les marchés flamand et néerlandais où nous avons débuté il y a sept ans. Ne manquez donc pas de passer à notre stand F22 et dites-nous ce que vous pensez des couches et des serviettes hygiéniques lavables. Votre avis nous aidera à mieux faire correspondre notre gamme au marché francophone.

Une visite à notre stand vaut vraiment la peine, à plus d’un titre :

-          Toute personne qui visite notre stand et donne le mot clé ‘Plopsacoo’ recevra gratuitement une couche Bumba dans une taille au choix, Small, Medium ou Large.

-          Toute personne qui visite notre stand et poste un message à ce sujet sur Facebook ou Instagram (et nous tague dans ce message) entre en lice pour remporter un beau prix. Chaque jour, nous mettons quelque chose de différent en jeu : un wet/dry bag de PlanetWise avec l’imprimé Jewel Woods, un coussin à langer de la marque Tots Bots et une couche en bambou Anavy avec le motif Bunny Bear.

-          Pour chaque achat effectué sur le stand, vous pouvez choisir entre un petit sac de 12 lingettes lavables ou un petit set de cotons à démaquiller  (10 pièces).

Il y aura en permanence deux personnes présentes au stand qui se tiendront à votre disposition pour discuter aussi bien des couches que des produits d’hygiène intime. Si vous souhaitez obtenir des informations sur cette dernière catégorie de produits, vous pourrez vous adresser à une conseillère de Petit Fantôme.

Vous comptez venir à Valériane ? Passez-nous voir au stand (F22) de Petit Fantôme. Que ce soit pour une petite discussion sympa, pour gagner un prix, ou simplement pour jeter un œil à tous nos beaux produits. Au plaisir de vous voir à Namur !

Du textile durable ? Oui, volontiers !

Les consommateurs s’interrogent de plus en plus quant à la durabilité des produits qu’ils s’achètent. C’est notamment le cas pour les produits textiles selon l’organisation Oeko-Tex, qui s’est basée sur les résultats d’une enquête qu’elle a menée à l’occasion de son 25ème anniversaire. Petit Fantôme aussi accorde énormément d’attention à la durabilité.

En veillant à la durabilité, les consommateurs contribuent à la protection de l’environnement. Le textile biologique est fabriqué sans pesticides ou autres substances nocives, et est teinté grâce à des procédés naturels. Oeko-tex est une organisation qui octroie un label de qualité aux fabricants de produits textiles. Il ressort d’une enquêté récente menée par l’organisation que les consommateurs ne se contentent pas seulement de regarder les informations qu’ils trouvent sur les étiquettes dans les vêtements et dans les emballages, mais qu’ils se renseignent aussi activement sur la durabilité des marques sur Internet.   

Chez Petit Fantôme, nous avons aussi demandé récemment les certificats de nos fournisseurs. Début septembre, nous participerons au salon des produits biologiques Valériane à Namur et les organisateurs sont particulièrement stricts dans le choix des exposants :  seuls les produits qui disposent de certificats bio et labels écologiques peuvent être exposés et vendus au salon.

La récolte de certificats auprès de nos fournisseurs a été abondante :   au total, nous avons reçu une cinquantaine de certificats GOTS, Standard 100 et autres agréments. Cela renforce notre confiance dans nos produits. Petit Fantôme accorde une énorme importance à la  durabilité qui fait dès lors aussi partie de nos principes.

Dorénavant, vous pouvez payer en ligne avec des éco-chèques électroniques EDENRED.

Une nouveauté.

Dorénavant, vous pouvez aussi payer en ligne avec vos éco-chèques électroniques EDENRED. A condition toutefois que le montant intégral à payer soit disponible sur la carte. Bientôt, il sera possible de payer le solde avec une autre carte de paiement. Un peu de patience donc.

Pour le moment, il n’est pas encore possible de payer en ligne avec les cartes de Sodexo et Monizze, mais une solution est en train d’être trouvée. Cette possibilité de paiement est attendue après l’été. 

 

Trois raisons de notre aversion pour les couches chinoises

Quiconque visite les forums et les groupes Facebook ne peut l’ignorer : nombreux sont les gens qui succombent aux couches et serviettes hygiéniques bon marché provenant de Chine. Ces produits sont en vente sur quelques sites web spécifiques et ne coûtent qu’une fraction du prix pour des produits similaires que vous pouvez vous procurer localement. Il y a cependant au moins trois bonnes raisons de ne pas acheter tous ces produits ‘made in China’.

La qualité

Une couche à poche pour moins d’un euro, avec le même motif imprimé qu’une couche que vous payerez 16 euros via une boutique en ligne belge ou néerlandaise… Cela veut dire deux choses. Premièrement, les motifs imprimés (et peut-être tout le design) ont été imités sans aucun respect pour les droits d’auteur du concepteur. Deuxièmement, des économies ont été réalisées tout au long du processus de fabrication : matières de moins bonne qualité, moins bonnes finitions, couche absorbante moins épaisse. Conséquence : les produits durent moins longtemps ou vont présenter plus vite des fuites. Vous devez les jeter plus rapidement et en racheter de nouveaux. Beaucoup de gens choisissent les couches lavables pour des raisons écologiques. Cette motivation disparaît si vous achetez des produits moins durables.

Les conditions de travail

Une des façons de réduire les coûts de production consiste à faire fabriquer les produits dans des conditions de travail dégradantes. Nous lisons tous régulièrement des histoires sur des usines au Pakistan, au Bangladesh ou en Chine, où le travail des enfants est monnaie courante, et où les travailleurs sont traités comme des esclaves. Ce n’est pas parce que cela se passe loin de chez nous que nous ne devons pas nous en préoccuper. C’est pourquoi Petit Fantôme et Tante Rosa travaillent de préférence avec des marques européennes qui fabriquent en Europe. Comme la marque tchèque Bamboolik qui fait fabriquer ses couches dans un atelier protégé ou encore Imse Vimse ou Myllymuksut, pour ne citer que quelques marques. Si elles ne sont pas fabriquées en Europe, nous ne choisissons alors que des fournisseurs dont nous savons qu’ils travaillent dans de bonnes conditions et sont affiliés auprès d’associations comme l’Organisation internationale du travail.

La prestation de services

La plupart des webshops et des magasins locaux où il est possible d’acheter des couches et des serviettes hygiéniques lavables investissent énormément dans la prestation de services : des séances d’information qui guident les parents dans le monde des produits lavables, des conseils pour assembler son ‘stash’, une assistance par téléphone et par e-mail en cas de problèmes éventuels concernant l’utilisation. Tout est gratuit et c’est uniquement parce que nous pouvons faire une marge raisonnable sur la vente de nos produits. Les consommateurs ont une fâcheuse tendance à demander des conseils gratuits auprès de spécialistes pour acheter ensuite des produits chez ceux qui vendent au prix le plus bas, par exemple à l’étranger. C’est la même tendance qui a récemment entraîné la disparition de la chaine Flamande Boobs'n'Burps spécialisée dans l’allaitement. Cette détérioration du marché sera certainement aussi néfaste à long terme pour le consommateur.

Nous le savons, les couches sont addictives et il n’y a rien de plus amusant que d’acheter de nouveaux imprimés. Mais si l’on choisit la voie de l’équitable et du durable, mieux vaut tout de même résister à cette addiction lorsqu’il s’agit de produits ‘made in China’.

 

Bumgenius accuse des marques chinoises de contrefaçon

Cotton Babies, l’entreprise derrière les célèbres couches Bumgenius, a déposé une plainte auprès de la justice américaine contre quatre fabricants chinois de couches lavables, dont Alvababy. Cotton Babies accuse les marques chinoises de contrefaçon.

Les marques occidentales sont exaspérées depuis longtemps par le fait que les marques de couches chinoises copient tant la conception même des couches que les motifs imprimés. Les fabricants chinois peuvent ainsi économiser sur les coûts de conception et le design. Cela, combiné aux mauvaises conditions de travail et à la qualité parfois moindre des matières premières, permet aux marques chinoises de faire du dumping.

Cotton Babies réclame aujourd’hui l’interdiction totale d’importation et de distribution des marques chinoises qui contrefont les couches Bumgenius.

Soyez fiers de vos couches lavables !

Tous ceux qui connaissent les avantages des couches lavables (meilleures pour l’environnement, le porte-monnaie et la peau de bébé) ont du mal à comprendre pourquoi tout le monde n’opte pas pour le lavable. Trop de gens ignorent encore à quel point les couches lavables sont faciles à utiliser de nos jours. Et cette ignorance représente précisément le plus gros obstacle.

C’est ce qui ressort notamment de toute une série de tests menés dernièrement aux Pays-Bas, où des communes ont permis à des familles d’utiliser gratuitement des couches lavables pendant un certain temps. C’était une façon de supprimer le premier obstacle que constitue l’investissement de départ. La majorité des tests ont démontré que les familles ont ensuite volontiers continué à utiliser des couches lavables. Dans une ville comme Breda, le test a convaincu pas moins de trente familles sur les quarante familles tests.

Nous avons fait la même constatation lorsque nous avons récemment participé aux salons Valériane à Namur et 1001 Familles à Marche-en-Famenne. Même dans une ville comme Namur, bon nombre de crèches ne font pas preuve d’un grand enthousiasme à l’idée d’accepter des enfants qui portent des couches lavables. Au contraire, la plupart d’entre elles interdisent même tout simplement les couches lavables. Les préjugés sur les couches lavables foisonnent et se réfèrent encore aux couches réutilisables d’il y a 40 ans.

 

C’est pourquoi nous aimerions lancer un appel à tous ceux qui sont des utilisateurs convaincus de couches lavables. Faites entendre votre voix. Montrez à tout le monde que vous utilisez des couches lavables. Parlez-en. Cela nous permettra peut-être de convaincre encore plus de gens. N’attendons pas !

Indisposée en voyage ? C’est le moment d’utiliser des serviettes hygiéniques lavables et des coupes menstruelles.

Quand vous voyagez, vous vous retrouvez parfois dans la délicate situation de devoir gérer des quantités de déchets de produits d’hygiène féminine. Tampons, protège-slips, serviettes hygiéniques … Si la poubelle n’est pas vidée régulièrement, ce n’est pas particulièrement appétissant. C’est ce qu’a pu constater notre ancienne consultante Vicky De Jonghe, qui fait actuellement un voyage de plusieurs mois à travers le monde. Elle est heureuse d’utiliser depuis de nombreuses années déjà une coupe menstruelle ainsi que des serviettes hygiéniques lavables. Celles-ci conviennent parfaitement en voyage. Elle a été si enchantée par ces produits (on connaît l’enthousiasme de Vicky !) qu’elle a décidé d’écrire un blog sur le sujet. Elle y raconte non seulement ses propres expériences, mais elle partage aussi de nombreux conseils qui facilitent considérablement l’usage de produits lavables en voyage.

Nouveau service de livraison, nouvelles possibilités

Nous travaillons à nouveau avec bpost pour la livraison de nos colis. Cela offre aux clients belges toute une série de possibilités supplémentaires, notamment le retrait dans un point poste ou un distributeur de paquets. Un service supplémentaire qui de surcroît est moins cher.

Les écochèques, un cadeau empoisonné

L’écochèque fait son retour dans l’actualité. Le gouvernement a voulu supprimer cette rémunération extralégale, mais les partenaires sociaux et les émetteurs des écochèques ont tout mis en œuvre pour la maintenir en vie. Comme les choses se présentent aujourd’hui, le lobbying des partenaires sociaux et des émetteurs l’a emporté. On peut difficilement trouver une meilleure preuve que notre gouvernement fédéral n’est pas capable de tenir ses engagements. Car, pas moins que le travailleur lambda, la plupart des commerçants n’ont jamais rien attendu de ces écochèques, qui n’engendrent que des tracas et des coûts. Et pour les magasins en ligne spécialisés, les écochèques dits ‘électroniques’ sont tout simplement un cauchemar.

Pourquoi utiliser une serviette hygiénique lavable ? Pour l’environnement et les matières naturelles.

Moins de déchets et moins d’irritations parce que vous utilisez des matières naturelles. Ce sont manifestement les principales raisons pour lesquelles vous aimez tant les serviettes hygiéniques lavables et les coupes menstruelles. C’est la conclusion des résultats de notre récente enquête à laquelle vous avez massivement participé (plus de 300 réponses).