Trois raisons de notre aversion pour les couches chinoises

Quiconque visite les forums et les groupes Facebook ne peut l’ignorer : nombreux sont les gens qui succombent aux couches et serviettes hygiéniques bon marché provenant de Chine. Ces produits sont en vente sur quelques sites web spécifiques et ne coûtent qu’une fraction du prix pour des produits similaires que vous pouvez vous procurer localement. Il y a cependant au moins trois bonnes raisons de ne pas acheter tous ces produits ‘made in China’.

La qualité

Une couche à poche pour moins d’un euro, avec le même motif imprimé qu’une couche que vous payerez 16 euros via une boutique en ligne belge ou néerlandaise… Cela veut dire deux choses. Premièrement, les motifs imprimés (et peut-être tout le design) ont été imités sans aucun respect pour les droits d’auteur du concepteur. Deuxièmement, des économies ont été réalisées tout au long du processus de fabrication : matières de moins bonne qualité, moins bonnes finitions, couche absorbante moins épaisse. Conséquence : les produits durent moins longtemps ou vont présenter plus vite des fuites. Vous devez les jeter plus rapidement et en racheter de nouveaux. Beaucoup de gens choisissent les couches lavables pour des raisons écologiques. Cette motivation disparaît si vous achetez des produits moins durables.

Les conditions de travail

Une des façons de réduire les coûts de production consiste à faire fabriquer les produits dans des conditions de travail dégradantes. Nous lisons tous régulièrement des histoires sur des usines au Pakistan, au Bangladesh ou en Chine, où le travail des enfants est monnaie courante, et où les travailleurs sont traités comme des esclaves. Ce n’est pas parce que cela se passe loin de chez nous que nous ne devons pas nous en préoccuper. C’est pourquoi Petit Fantôme et Tante Rosa travaillent de préférence avec des marques européennes qui fabriquent en Europe. Comme la marque tchèque Bamboolik qui fait fabriquer ses couches dans un atelier protégé ou encore Imse Vimse ou Myllymuksut, pour ne citer que quelques marques. Si elles ne sont pas fabriquées en Europe, nous ne choisissons alors que des fournisseurs dont nous savons qu’ils travaillent dans de bonnes conditions et sont affiliés auprès d’associations comme l’Organisation internationale du travail.

La prestation de services

La plupart des webshops et des magasins locaux où il est possible d’acheter des couches et des serviettes hygiéniques lavables investissent énormément dans la prestation de services : des séances d’information qui guident les parents dans le monde des produits lavables, des conseils pour assembler son ‘stash’, une assistance par téléphone et par e-mail en cas de problèmes éventuels concernant l’utilisation. Tout est gratuit et c’est uniquement parce que nous pouvons faire une marge raisonnable sur la vente de nos produits. Les consommateurs ont une fâcheuse tendance à demander des conseils gratuits auprès de spécialistes pour acheter ensuite des produits chez ceux qui vendent au prix le plus bas, par exemple à l’étranger. C’est la même tendance qui a récemment entraîné la disparition de la chaine Flamande Boobs'n'Burps spécialisée dans l’allaitement. Cette détérioration du marché sera certainement aussi néfaste à long terme pour le consommateur.

Nous le savons, les couches sont addictives et il n’y a rien de plus amusant que d’acheter de nouveaux imprimés. Mais si l’on choisit la voie de l’équitable et du durable, mieux vaut tout de même résister à cette addiction lorsqu’il s’agit de produits ‘made in China’.

 

Laissez votre commentaire